Interview de Denis Toison, auteur

Denis Toison, je te découvre au détour de Facebook et j’aimerais que tu nous en dises plus sur toi…Merci d’avoir accepté de jouer le jeu des questions : cela reste soft, tu vas voir !

Tout d’abord, qui es-tu Denis Toison ? Quel est ton parcours ?

Eh bien, malgré mes soixante printemps passés, je suis un tout jeune auteur puisque je n’écris que depuis cinq ans environ, à l’heure où a commencé ma retraite professionnelle. Une carrière passée dans l’architecture, l’animation 3D infographique et l’image d’une manière plus générale.

Pourquoi as-tu eu envie d’écrire ?

C’est une question difficile. Qu’est-ce qui fait que l’on se lance dans ce genre d’aventure comme en toutes autres d’ailleurs ? Pour ma part et en ce cas précis, je pense qu’il y a en premier lieu mon admiration pour les textes classiques, les romans, la littérature plus globalement et le talent déployé par des auteurs pour mettre en mots des scènes, des émotions, des idées, raconter des histoires. En les lisant je ne pouvais qu’apprécier leur persévérance et leur virtuosité à construire leur narration. Cette forme artistique, moi qui tentait d’en maîtriser d’autres à travers la peinture principalement, me fascinait au plus haut point. Cela me paraissait hors de mes compétences, paralysé par des exercices scolaires qui ne m’avaient pas laissés que de bons souvenirs. Alors, je pense que ma première motivation fût une forme de défi, un défi envers les autres, mais surtout envers moi-même. Je me sentais capable d’écrire, mais avais-je l’aptitude à le faire sur plusieurs centaines de pages ? C’était toute la question à laquelle j’ai tenté d’aborder la réponse la moins mauvaise possible en me mettant à l’écriture.

Combien d’ouvrages à ton actif à ce jour ? 

Les Éditions de l’Oustal viennent de publier mon troisième roman : « Shadow and Sunshine », fin septembre. Chez le même éditeur, les deux précédents, à savoir « La Véritable Histoire d’un Poilu de Château-Thierry » sorti en octobre 2012, suivi de « La Véritable Histoire d’un Soldat de 40 » publié en novembre 2015, constituaient les premiers volets d’une saga familiale, à savoir la Grande Guerre de mon grand-père et le second conflit mondial vécu par mon père. Je conclurai peut-être, par un troisième tome qui retracerai la guerre d’Algérie de mon frère en évoquant ainsi la période des années 50-60. Retracer le parcours d’une famille « ordinaire » tout au long du XXème siècle, me semble un projet intéressant.

As-tu une marque de fabrique ? Quelque chose que tu aimes glisser dans tes écrits ? (comme un ton spécial, un personnage récurrent…)

D’abord, je dirai qu’il me semble difficile d’apprendre à rédiger, de se construire totalement un style. Comme pour les autres formes artistiques, c’est une aptitude que l’on possède ou pas, que l’on peut améliorer et perfectionner de différentes façons, mais qui ne s’acquiert pas sans une base innée. La mienne vient peut-être de mon père qui était un conteur et possédait le sens de la parole, l’art de ménager des effets dans les récits qu’il racontait à ses enfants ou à ses visiteurs. De cette verve naturelle, j’ai gardé une forme d’ironie, le sens d’un certain humour ou d’un humour certain je ne sais pas, qui me permet d’atténuer des descriptions parfois dramatiques. Cet humour, plus ou moins compris par les autres, est en moi, il fait partie de ma personnalité. J’en ai peut-être davantage pris conscience en lisant des auteurs comme Alphonse Boudard, qui, à travers ses mots argotiques et autres expressions populaires, sait être drôle même pour évoquer des situations ou des événements poignants. J’essaie de garder à l’esprit, cette notion, lorsque j’écris.

 

Comment communiques-tu pour  faire connaître tes livres ?

Je n’ai pas le sentiment d’être un bon communicant ni même un communicant tout court et de nos jours, cela me paraît être un handicap. Je fonctionne, tant bien que mal, avec les bonnes vieilles méthodes traditionnelles : presse, radio lorsque je peux y avoir accès. Je fréquence aussi les réseaux sociaux puisque nous nous y sommes rencontrés. Enfin, je viens de mettre en ligne un site ( http://bazook.wixsite.com/denis-toison-auteur) où l’on peut trouver pas mal d’infos sur mes ouvrages et mon parcours.

 

Où peut-on les trouver ?

De la même façon, j’accorde une grande importance à la diffusion traditionnelle en librairies ou en supermarchés, puisque, pour moi qui privilégie le support papier, le livre reste un objet qui possède encore une certaine noblesse. Il est donc possible de les trouver dans certains points de vente et de les commander dans les autres. Ils sont également disponibles par correspondance sur la plateforme Amazon aux adresses suivantes :

https://www.amazon.fr/dp/2954290110
https://www.amazon.fr/dp/2954290129
https://www.amazon.fr/dp/2954290145

ou sur la page Facebook des éditions de l’Oustal :

https://www.facebook.com/editionsdeloustal

Denis Toison, merci pour le temps que tu m’as accordé !

Écrire un commentaire

*

669072ae3573fff90fee82fb96117a3ebbbbbbbbbbbbbbbbbbb